Faut-il redoubler de budget pour émerger en influence ?

03/30/2021

Pour émerger, l’écueil le plus courant est de vouloir être partout. Vous allez chercher à être immanquable, vous aurez aussi l’illusion que l’omniprésence s’achète via des opérations coûteuses, via des Talents stars, via des ads. En réalité, pour être présent à l’esprit de son consommateur, il est conseillé de faire des choix pour investir le juste prix pour l’objectif visé.  

 

Les 3 freins concrets à la rentabilité de vos stratégies d’influence

 

Nous avons identifié les trois raisons les plus courantes pour lesquelles vous dépensez probablement plus que souhaité lorsqu’il s’agit d’influence :

 

1. La peur du ROI et de la première campagne

 

Ici vous avez un budget, mais les connaissances sur l’influence vous manquent. Aussi, vous décidez de ne pas prendre le risque ou (pire) de vous lancer à moitié. Votre argent est dépensé, vos performances sont probablement bonnes, mais elles ne sont pas optimisées comme elles pourraient l’être.

 

2. Des opérations one-shot chez plusieurs agences

 

Collaborer avec une agence sur le long-terme, c’est lui donner le temps nécessaire pour devenir experte de vos performances. Au fil des bilans de campagnes, une agence devient familière de vos attentes, de vos enjeux et de votre cible. Conserver un partenaire qui accompagne le développement de votre stratégie est indispensable.

 

3. L’incertitude face au testing 

 

Le testing ou la nano-influence est le meilleur moyen de booster votre conversion sensiblement et rapidement. Quel que soit votre univers, quel que soit votre capacité d’investissement dans cette typologie d’influence, la campagne de nano-influence mérite d’être testée au moins une fois. Elle permet un profiling ultra-ciblé dans un monde désormais privé de cookies tiers. Elle permet également de récupérer des insights concrets, décisifs pour adapter votre offre et redessiner votre persona en temps réel.

 

Mais alors, que faire ? 

 

Pour vous aider, nous avons identifié les deux cas où vous ne voulez pas être (mais où vous êtes peut-être) :

 

Cas n°1 : 0 budget.

 

L’un des atouts du marketing d’influence est qu’il est flexible et accessible à tous les budgets, même serrés. Avec un petit budget, il peut être décourageant de faire de l’influence, car il est impossible de rémunérer l’influenceur que vous avez en tête. Cela vous fait manquer une occasion de gagner en notoriété et en conversion, car d’autres options comme le test produit (nano-influence) ou la prescription experte (micro-influence) n’ont pas été explorées.

 

Cas n°2 : un budget avec des 0.

 

Si vous avez maintenant un budget avec plusieurs 0 (mais 0 stratégie !)  vous pouvez également vous décourager en constatant un retour sur investissement insuffisant. Vos actions peuvent être mal-optimisées. Vous allez peut-être avoir recours à des influenceurs coûteux avec de fortes performances de reach, alors que vous recherchiez de l’engagement ou de l’éducation au produit/service. 

 

En réalité, vos options sont nombreuses quelle que soit l’enveloppe à disposition.

 

Le bon exemple ? Undiz.

Undiz est une marque de sous-vêtements et de homewear qui a pris l’habitude de se positionner sur les challenges qui marchent… en avance. Elle a été l’une des premières marques à décoller côté Challenges Instagram avec des « selfies cabines » viraux. 

 

Elle n’a pas non plus attendu les confinement pour se mettre sur TikTok, comme en témoigne sa performance de Noël 2019 où elle lance, sur TikTok, un challenge haut en couleur : la #FUNDIZ FAIR*.

fundiz

Le challenge propose alors aux jeunes de monter une vidéo où ils font le signe U Z avec leurs deux mains, puis d’apparaître en combinaison intégrale polaire. La marque avait concentré ses efforts sur le réseau et acheté tous les espaces publicitaires pendant deux jours.

 

Résultat ? 46 millions de vues en 9 jours.

 

Pourquoi ça marche ? Les efforts d’Undiz sont intéressants car ils sont ciblés et cohérents avec le rapport de la marque avec l’influence. Son branding habituel et son ADN sont respectés, tout en explorant des formats éditoriaux nouveaux.

 

Charlotte Bouvier, directrice marketing et digital d’Undiz le précise lors d’une interview chez Petitweb : “Le montage de deux vidéos en mode avant/après est l’une des fonctions les plus utilisées de TikTok. On voulait que ce soit une campagne de branding qui incarne le côté décalé de la marque, qui incite ses clients à se surprendre et à se révéler.”

feed_undiz

Habituée de collaborations fun, des « DROP » numérotés disponibles en story “A la Une”, la marque se prête à l’influence, sans chercher à être présente partout. Ci-dessus, le DROP 10 avec la collection Keith Haring.

 

En définitive

L’influence sert à mettre en valeur vos atouts de marque, vos caractéristiques à travers des codes renouvelés. N’investissez pas dans des réseaux inadaptés, ou sans stratégie de long terme. Réfléchissez, faites-vous conseiller, et testez la formule d’influence qui marche pour vous.

Comme Undiz, vous pouvez faire le choix d’une stratégie concentrée et fidèle à des codes qu’elle maîtrise. Les investissements en Paid media viennent alors soutenir l’action du marketing d’influence, pour un impact amplifié côté consommateur dans un deuxième temps. Vous pouvez également miser sur la nano-influence pour commencer et développer votre expertise petit à petit.

 

Envie d’aller plus loin et de tester l’influence la plus pertinente pour vous ?

Demandez-nous conseil ici !

 

ou

 

Consultez sans plus tarder nos articles :

Influence 101 : La nano-influence, c’est quoi ?

Influence 101 : La micro-influence, c’est quoi ?

Influence 101 : La macro-influence, c’est quoi ?